Une pétition pour aider Abdoulaye CAMARA, lancée par Itinérance Cherbourg

Une pétition pour aider Abdoulaye CAMARA, lancée par Itinérance Cherbourg

ITINERANCE CHERBOURG a lancé cette pétition adressée à Emmanuel Macron et à Gérald Darmanin, Gérard Gavory, Sonia Krimi, Jean-Michel Houlegatte et Benoît ARRIVÉ.

         PERMETTRE À ABDOULAYE DE POURSUIVRE SES ÉTUDES


Abdoulaye est un étudiant sérieux. Titulaire d’un baccalauréat obtenu en Guinée, il termine sa deuxième année de BTS Gestion des PME. Arrivé en France depuis 2017 où il dépose une demande de titre de séjour en Octobre 2020 qui lui permettra de poursuivre son projet d’études. Trois mois plus tard, la préfecture lui demande ses revenus sans lui remettre de récépissé de demande de titre de séjour qui lui aurait permis de travailler.
8 mois plus tard, on lui adresse une OQTF, alors qu’Abdoulaye est inscrit en licence et envisage de préparer un master ultérieurement.

MOBILISONS NOUS POUR QUE L’ÉTAT FRANÇAIS REVIENNE SUR SA DÉCISION ET PERMETTE À ABDOULAYE DE POURSUIVRE SES ÉTUDES ET RÉALISER SON RÊVE.

https://www.change.org/o/itinerance_cherbourg

Famille albanaise délogée en plein confinement à Avranches

Itinérance Sud Manche se joint au communiqué inter associatif dénonçant le délogement d’une famille albanaise

déboutée. Signé par :

FSU50, UL CGT, Section d’Avranches de la Ligue des Droits de l’Homme, Itinérance Sud Manche et Fédération des Conseils de Parents d’élèves  de la Manche

 

Famille albanaise délogée en plein confinement à Avranches

Nous avons appris avec  stupeur qu’une famille de 2 adultes et 2 enfants  a été invitée  à quitter leur appartement du CADA d’Avranches le 8 avril , en plein confinement et restriction de circulation.

La trêve hivernale a été pourtant prolongée jusque fin mai mais elle ne s’applique pas aux famillesdéboutées de leur demande d’asile.

Les mesures prises lors du premier confinement interdisant toute sortie de logement quel qu’il soit  en période de pandémie n’ont pas été renouvelées, faisant fi des mesures sanitaires prises  pour lutter contre cette  pandémie, et qui sont répétées à longueur de journée.

Nous savons que cette famille a un  gros risque de se retrouver à la rue à Caen où ils ont accepté de se rendre car l’hébergement d’urgence y est saturé. Ces personnes sont pourtant susceptibles d’être contaminées et d’en contaminer d’autres, comme tous les habitants. 

Nous continuons à dénoncer la procédure accélérée appliquée depuis la loi sur l’immigration de 2018  à ces demandeurs d’asile originaires d’Albanie, pays classé comme sûr par la France, et nous dénonçons le rejet de leur recours par ordonnance, sans accès aux juges et sans que les avocats puissent intervenir.

 Ce procédé contraire aux principes du droit se répand actuellement de plus en plus dans les examens de demande d’asile.

Pourtant nous avons vu à Avranches fin 2020 que des Albanais pouvaient obtenir devant des  juges le statut de réfugiés et que ce pays n’était pas aussi sûr qu’on veut le faire croire .

Le recours au rejet par ordonnance met fin à cet espoir…..

Enfin qui se préoccupe du sort de ces deux enfants scolarisés en primaire et au collège, depuis la rentrée de septembre, contraints d’abandonner leurs études alors même que leurs enseignants se félicitent de leurs progrès ? Ils n’auront  même pas la possibilité de finir leur année, entraînant une grande frustration et souffrance chez leurs enseignants, qui ne peuvent que constater le mépris dans lequel  leur travail est considéré.

Avranches le 15  avril 2021

FSU50

UL CGT

Section d’Avranches de la Ligue des Droits de l’Homme

Itinérance Sud Manche

Fédération des Conseils de Parents d’élèves  de la Manche

Succès de la mobilisation à Carolles !

Le préfet de la Manche a abrogé l’OQTF frappant cette famille présente depuis cinq ans, dont quatre ans de scolarisation de l’ainée, et trois ans de récépissés renouvelés de trois mois en trois mois, sans autorisation de travail.

Grand titre à la une de La Manche libre

Cette décision fait suite à la mobilisation citoyenne engagée par les parents d’élèves des écoles de Carolles et de Jullouville avec la pétition « Sauver les petites filles de la baie » qui a recueilli 19000 signatures, et à la présence, samedi 13 Mars dans l’école de Carolles de cinq maires, deux conseillers municipaux de deux autres villes proches, un responsable du Conseil Départemental 50, un représentant du diocèse et un parlementaire, tous affirmant d’une même voix que cette famille devait rester à Carolles


Et c’est beau une telle décision !  


Ils ont maintenant des récépissés les autorisant à travailler, en attente des cartes promises sous un mois… nous continuons de suivre l’affaire.
Cette mobilisation exemplaire est porteuse d’espoir : nos concitoyens ne sont pas aussi xénophobes qu’on voudrait nous le faire croire !
Continuons notre action vers la régularisation de tous les étrangers demandant asile et protection à l’état français! Continuez votre soutien, merci !

La mobilisation continue autour de la famille menacée

Voici le lien pour revoir le passage du journal télévisé de FR3 du 13 mars 2013 sur ce beau rassemblement dans la cour de l’école de Carolles organisé par les parents d’élèves contre l’arrêté d’obligation de quitter le territoire d’une famille suivie par Itinérance Sud Manche menacée d’expulsion au Bangladesh.

https://youtu.be/UQIG2HFZ184 avec l’accord de FR3 

Sont présents les maires de Carolles, Jullouville,  Dragey, Genets, Champeaux, des élus municipaux , un parlementaire : Bertrand Sorre, le prêtre de la paroisse David Lerouge et beaucoup de parents.
Espérons qu’il y aura une suite positive !